Tous les articles par sebastienlucas

MAAEL

Je travaille sur toile acrylique. Ensuite je numérise et retravaille avec l’outil informatique pour avoir des couleurs plus puissantes. Puis, en usine nous fixons les pigments sur un support inaltérable, nous projetons les pigments sur du Fine Art posé sur une plaque d’aluminium inoxydable et un verre acrylique, ce qui rend l’oeuvre inaltérable.

Vous pouvez ici commander une de mes oeuvres visuelles originales à tirage très limité. Me contacter par le formulaire ci-joint avec le nom de l’oeuvre que vous souhaitez et vos coordonnées pour le devis.

Vernissage du  25/07/2015

 

Code de sécurité:
security code
Merci d'entrer le code de sécurité:

Envoyer
Share Button

Réquiem

 

Voici un extrait du Réquiem : Agnus Dei

Share Button

La Musique des Sphères

La force du son est connue depuis la plus haute Antiquité. Le son est le grand initiateur, et l’on pourrait même dire initialiseur de la vie aussi bien matérielle que spirituelle.

J‘ai choisi de vous présenter l’une des arcanes les plus occultes de l’école de Pythagore, celle de la « Musique des Sphères » qui reste l’une des plus mystérieuses.

Si actuellement nous pouvons écouter les sublimes symphonies de nos grands maîtres, comme, par exemple, celles de Jean Sébastien Bach, Mozart, Beethoven et bien sûr celles de notre époque, c’est grâce à l’école Pythagoricienne, mais surtout à Pythagore qui a su entendre cette « Musique des Sphères » et ainsi nous mettre à disposition un système nous permettant de travailler avec et pour la gloire de notre Dieu via la gamme musicale.

Je suis persuadé qu’il existe un lien entre la matière sonore et la matière originelle du monde. Un lien entre le Macrocosme et le microcosme. Un lien entre les sons et notre corps. Une connexion possible avec la divinité par le biais de la musique.

Pythagore était-il un maître spirituel, un savant ou un philosophe ?
Quelle est la clef de la magie Pythagoricienne ? …

Je vais donc essayer, de vous éclairer sur ce sujet, qui me tient particulièrement à cœur.

Share Button

Diamond’s Conquest

Sortie: 2009

Share Button

Nestor

Sortie: 1 sept. 2008


Cet album est le voyage d’un petit être (Nestor) venu du futur nous offrir la possibilité de jouer avec lui. Il nous offre des clés de la vie telle qu’il la conçoit dans sa dimension, dans son environnement. Et si ce petit être était tout simplement la représentation de nous-même dans un avenir lointain? Je vous laisse le soin d’y donner votre interprétation en vous laissant voyager avec lui.

This album is the journey of a small being (Nestor) come in the future we offer the chance to play with him. It offers us the keys of life he designs in its dimension in its environment. And if this small being was simply represent ourselves in the near future distant? I let you give your interpretation said to you leaving to travel with him.


Share Button

Poltergeist

Sortie: 1 janv. 2011


Cet album est le symbole du lieu des métarmorphoses, de la chrysalide, de la chambre secrète des initiations, des tunnels, des spirales descendantes et ascendantes. Le but de cette saga sonore est de présenter un passage, un état transitoire entre deux étapes, de l’espace spirituel, mystérieux, fantastique à l’espace matériel, à l’environnement de l’homme. Du Macrocosme vers le microcosme. La rencontre de ces deux mondes en un. Laissez-vous voyager, rêver à travers cet égrégore sonore …

This album is a symbol of the place of métarmorphoses, the chrysalis, the chamber of secret initiations, tunnels, spirals down and bottom. The purpose of this saga sound is to present a passage, a state transition between two stages, space spiritual, mysterious, wonderful to space equipment, the environment of man. From Macrocosm to microcosm. The meeting is two worlds in one. Let traveling through this dream égrégore Sound ...

Critique musicale de mon ami poète Olivier Sidaner :

Poltergeist est une magnifique invitation à s’en aller pour s’approprier un espace totalement créé. Et cette invitation conduit à faire non seulement l’expérience du don de la maîtrise et de la compétence mais aussi celui de la générosité d’une composition qui accompagne l’auditeur, le soutient, le maintient, sait le rassurer pour l’emmener et accepter de quitter ses propres références. Car c’est bien de cela qu’il s’agit dans Poltergeist : partir, quitter, emmener, atteindre.

Dès les premières notes, alors qu’elle invite à une belle et prudente promesse de repos et d’apesanteur, la musique, “savante” que toute promesse est le nid d’un voyage qui engendre une rupture et le dessein d’une fidélité, prévient, développe et enveloppe, la nostalgie de quitter ce que l’on est où on l’est, et la crainte du départ. Prenant à cœur le chagrin et l’espérance, elle tisse ses liens de confiance entre la tristesse et le dessein d’une indicible présence. Erudite, connaissant l’inquiétude du changement, la nostalgie de laisser derrière soi, la fragilité de la rupture, l’incertitude de la destinée humaine, avec une rare honnêteté, elle va chercher ses appuis en elle-même, pour livrer les raisons et les explications, musicales, de sa promesse. Dès lors formatrice d’elle-même et de son auditeur, de la douceur savante de cet équilibre et de cette bienveillante simultanéité naît une tension confiante qui permet à l’auditeur de s’abandonner à elle, sans savoir où il va, sans savoir où il est inexorablement mené, mais se sachant accompagné pour aller au devant du mystère et se confronter à l’incertitude et à l’inquiétude.

Prenant l’auditeur au plus doux de sa nostalgie, au rythme d’une avancée humblement cristalline et humaine, Poltergeist ouvre alors les portes de ce qu’elle a promis pour présenter à l’auditeur un espace qui se déploie de plus en plus, devient de plus en plus vaste, de plus en plus beau. Portée par l’osmose de la nostalgie et de la confiance, sûre de ce qu’elle a en elle-même, reprenant toujours ses appuis, pour ne pas effrayer, dans les limites qu’elle effleure, proposant son propre appui en elle-même pour se dépasser et se transmettre, elle forme son monde, l’auditeur et elle-même dans une même et constante exigence, et dans une sereine et magnifique montée en puissance de l’émerveillement et de l’apesanteur, rend possible le plus rêvé des ballets, emporté dans une incroyable gravitation céleste où s’orchestre sans entraves possibles la danse infinie de l’immuable et de l’impermanence.

Honorant ainsi sa promesse d’apesanteur, affranchis nous-même de notre tristesse, elle passe le seuil de son double don, de maîtrise et de beauté et parvient à l’enchantement. Confiants dès lors dans ses raisons musicales, nous savons aussi que nous ne sommes pas seuls à en faire l’expérience. Elle aussi la fait et c’est en cela qu’elle nous est si proche et que son histoire devient la nôtre.

Traversant le sas d’un nouvel espace, la musique, avec cette simultanéité qui lui est si propre, peut alors anticiper et métamorphoser l’indécision et la prudence de qui se retrouve incertain de découvrir un champ aux horizons si vastes en l’entraînant dans la valse heureuse d’un fastueux ballet céleste. Mais s’approprier de nouvelles gravitations ne se fait pas s’en s’arracher à sa propre gravité. Sachant alors tirer à l’extrême sur la volonté, sans jamais provoquer de déchirements, elle nous élève du doute, de la crainte, de l’inquiétude, du tumulte des chutes et des ascensions du vertige de l’épreuve de l’arrachement pour nous dissoudre plus encore dans la valse, la tendresse et l’émerveillement . C’est alors beau à en pleurer.

De plain-pied maintenant dans son nouveau monde, l’auditeur est ébloui à hauteur d’un enfant vierge de tout savoir. La musique, offrant alors la parade, le cortège festif et son transitoire sens de l’oubli bienheureux, ainsi que l‘atemporel enthousiasme des valses et des fanfares qui entraînent tout dans leur hymne à la joie, ne sacrifie cependant rien à son message, elle prépare aussi l’échange et le changement.

S’ouvre alors la boîte à musique et avec elle l’équilibre de la magie et de l’apesanteur qui tissent entre elles les références féeriques et familières, réconfortantes : les automates qui égrènent dans le temps et l’espace, l’insoupçonnable merveille des gestuelles mécaniques, l’amour et la tendresse sublimés, le pierrot lunaire qui fait corps avec son astre dans sa course universelle, la gaieté contagieuse des airs de carrousels, la perpétuelle éclosion des éléments en symbiose, ondées musicales, ruissellements apaisants, traînée d’orages au loin, montée en puissance où toutes les forces s’harmonisent au son d’une nouvelle aurore. Et la mélodie de la boîte à musique, quand elle se tait, a libéré, à l’opposé de la boîte de Pandore, la germination d’un espace propre à un nouveau ballet, encore et toujours, alors que l’inéluctable puissance du cortège a arrimé en nous le soupçon d’un avènement, comme une inquiète confiance pour une indicible beauté qui va engendrer le plus intime des arrachements.

De la traîne orageuse, telle une douce ondée, Poltergeist revient alors sur son invitation originale et son inexorable dessein. Délivrée de sa promesse d’apesanteur, la musique semble parler autrement d’égal à égal, dans un savoir qui nous est commun, qu’elle nous a transmis, qu’elle a fait nôtre. Lucide, sage et savante encore et toujours, plus sévère, plus réaliste, plus proche de son dessein, elle est aussi plus seule et responsable, inquiète de ne pas avoir tout livré encore, parce qu’elle sait que la beauté ne peut se concevoir sans l’intelligence de la puissance tant cette dernière est aussi le berceau du chaos, et le plus intime des arrachements passe par l’épreuve du chaos. Elle change donc de registre. Plus posée et philosophique, l’impermanence qui orchestre son grand ballet devient l’impermanence simultanée de notre destinée humaine, partagée entre ses doutes et ses convictions, son temps et l’éternité, comme Poltergeist l’est entre l’inquiétude et la confiance.

Prévenante toujours, de ses liens de confiance qu’elle a tissés avec nous, utilisant ce qu’elle nous a offert, Poltergeist rassemble alors ses forces. Effleurant la sévérité et ses limites, la musique dompte la fatalité et l’énergie de la patience, sachant lui confier la juste mesure de son inexorable dessein et tend, jalonne le passage, soutient, prépare l’auditeur dans sa détermination première à ne pas le laisser uniquement flottant, dansant dans son monde. S’égrène alors, au rythme de l’extraordinaire beauté de la ligne des percussions qui nous trace le chemin depuis le départ, qui tressent depuis le début l’impermanence et l’immuable comme une dentelle de sons, de phrases et de pauses, la réconfortante et savante magie d’un hymne au temps et à l’approche d’où émerge l’improbable voix de l’arrachement ultime, que l’on pouvait craindre comme un cri, mais où glisse, comme une ombre, la métamorphose de l’inquiétude en avènement.

Déjà imprégnée de beauté à en pleurer, la musique se fait dès lors puissance à en être tragique. Mais rien n’est laissé au hasard, ni emporté par sa propre force. Tout est tenu, retenu, saisi, pour être recueilli en soi-même et que rien ne s’échappe, ni ne s’égare. Et l’effondrement, la cassure, le cri n’ont jamais prises. Et quand, tel Ulysse exposé à la tempête du chant des sirènes, le vertige des gouffres et des béances, la puissance des impressions déferlantes menacent de nous engloutir et de nous emporter, quand dans la tourmente, la voilure et les mâts sont tendus à en craquer, quand la musique nous offre enfin l’épreuve du chaos, c’est pour nous faire franchir, dans un simple éclatement d’orage, la membrane de la force intérieure qu’elle nous tendait, nous préparait à traverser depuis l’aube de sa promesse.

Comme il existe une rumeur du grand large qui porte à l’oreille des êtres humains la sourde puissance des éléments entre eux, nous écoutons alors monter, inébranlablement, la rumeur de la puissance de la musique. Au cœur d’une oscillation stéréophonique qui rend les bords tangibles et insaisissables, à la mesure même des voix tout-âme de l’infini, le cortège, ombreux autant qu’outre-tombal, des sentiments et des impressions puissamment rangés s’avance comme une force, inexorable, indéchirable au sein même de notre flottement, de notre impermanence, afin que s’en élèvent les voix souveraines et définitives de l’arrachement et qu’apparaisse la trace de l’ultime point de fuite comme promesse de passage, entre engloutissement et ascension. Et dans son ultime audace, Poltergeist glisse, entre l’ombre de son zénith légèrement au-dessus d’elle-même et son dernier son, dans son silence et dans son double de soi et de l’autre, là où tout n’est qu’équilibre de l’infini et de l’éternité.

Merci Sébastien.

Share Button

Voices of Light

Sortie: 11 mars 2013

Avec Lama Guyrmé, Michel de Grèce & Sébastien Lucas


 Critique musicale de l’album par Bertrand Dicale, journaliste et écrivain. Il écrit depuis une quinzaine d’années pour les musiques populaires dans Le Figaro. Il est également l’auteur de plusieurs livres.

"Cher Sébastien,
 Je trouve à votre musique une belle densité en même temps qu'une belle capacité à se déployer. Autrement dit, vous n'êtes tombé dans aucun des deux principaux chausse-trappe de ce genre de chantier: éparpiller les apports des diverses matières et cultures, ou tout mêler dans un grand brouet d'alliances a minima. L'orchestre et la voix de Lama Gyurmé, les percussions asiatiques et les chœurs occidentaux, cela fonctionne avec une grande puissance cinématographique et cela fabrique de riches images mentales. On a envie de voir tout cela prendre un grand envol scénique, mais aussi (votre générique est tentant, évidemment) se trouver des mots et des images. Je trouve que vous apportez quelque chose qui dépasse le jeu de la rencontre et le syncrétisme musical: vous éveillez une sorte de souffle narratif et épique qui réclame le prolongement d'un autre art. J'ai hâte de savoir la suite de cette aventure. Bien à vous."

Extraits du Livre Voices of light de Michel de Grèce & Marina Karella :

Dieu est lumière et amour, énergie et mouvement. Immense est la difficulté de le concevoir entre les vieux barbus des tableaux qui nous représentent le Père et une force à l’origine de tout, démesurée, informe, éblouissante, telle une explosion atomique. Nul ne peut se vanter d’avoir atteint un degré suffisant de connaissance pour se le représenter. Il est déjà difficile d’imaginer une force à l’origine de l’univers qui soit lumière, énergie, mouvement mais qu’elle soit aussi amour… Un amour si éloigné des sentiments répertoriés est presque impossible à cerner. Il échappe à notre intelligence.

Les chrétiens appellent cet exercice la prière. Elle n’est en fait qu’un déplacement, un envoi d’énergie positive sur ordre de notre volonté.

Si, cependant, l’effort se révèle trop ardu, une prière classique au Dieu des chrétiens, à la Vierge, à Allah, à Bouddha ou à n’importe quelle divinité suffira, pourvu qu’elle soit sincère, généreuse, sentie, authentique et ardente. Toutes les religions, tous les cultes, toutes les méthodes sont bonnes si elles conduisent à une amélioration de soi et à la sollicitude envers autrui.

Je ne sais absolument pas si ma prière est suffisamment efficace pour apporter aux autres, à moi-même, le bonheur, la santé et la réussite… Je veux le croire et parfois j’imagine que mes vœux sont exaucés. Cependant, une autre dynamique y est peut-être parvenue à ma place et surtout si je triomphe, ce serait le plus sûr moyen de perdre mon pouvoir pour autant que je le possède. L’important n’est pas de savoir si «la prière» porte ses fruits mais de prier.

Nous avons donc en nous cette énergie venue de la création. Elle est brute, il faut la domestiquer. Elle est mouvement, il faut l’orienter. Elle est positive et négative. Il faut choisir positif ou négatif. Si je mise sur le premier, ma vie consiste à éliminer l’énergie négative et à développer l’énergie positive. D’abord pour moi-même, la condition préalable à toute action étant d’être soi-même en harmonie. Ensuite, pour les autres, parce que le pouvoir positif naît de l’altruisme, de la compassion.

Tout ce qui existe vient de Dieu. De Lui un jour est sortie l’énergie positive. Apparut automatiquement sans qu’IL puisse l’empêcher l’énergie négative. Cette énergie, positive et négative, sans cesse en mouvement, d’abord informe, se décomposa au cours des temps en de multiples formes jusqu’à aboutir à l’infinie variété de la création. Nous prenons conscience de cette énergie qui est en nous, qui est nous, et nous découvrons des possibilités, des capacités bien plus développées que nous ne l’imaginions. Nous ne nous en étions pas rendus compte parce que ce pouvoir, cette énergie, sont invisibles.

Nous ne sommes pas Dieu, nous sommes des parcelles de Dieu. Le fil de lumière qui nous relie à LUI est suffisant pour nous faire accéder à des niveaux inimaginables et pour nous octroyer la connaissance, le pouvoir.

À ces protecteurs est étroitement lié ce que je définis par le « Moi Supérieur », c’est-à-dire une partie de nous-mêmes qui se situe à un niveau supérieur. Un fil de lumière nous rattache en effet à des mondes de plus en plus élevés qui finissent par rejoindre ce qu’il faut bien appeler Dieu.

Les chrétiens et d’autres religions appellent ces voix « les anges gardiens ». Je peux les nommer « les protecteurs ». Des voix intérieures sont prêtes à nous parler. Elles s’expriment dans la langue la plus familière à chacun comme elles pourraient utiliser tous les idiomes puisqu’il s’agit d’une transmission de pensée. Enfouis au fond de chacun de nous, dorment des pouvoirs dont nous ne soupçonnons pas l’existence.

Tâcher de les découvrir, tel est le but de Voices of Light.

Reflections, par Marina Karella

Share Button

Abyss of the whales

Sortie: 18 avr. 2007

C’est avec l’élan d’un coeur déchiré que j’ai composé cette musique pour la Fondation IFAW* dont les causes me touchent profondément. Par conséquent, ayant la certitude que la musique est vecteur d’émotions profondes et intenses, j’espère que cette musique permettra d’éveiller l’humanité à réagir face à cette extermination. Aidez-nous à sauver les baleines, avant qu’elles ne soient plus qu’un vieux souvenir.

IFAW logo

* Le Fonds international pour la protection des animaux est une ONG de protection animale dotée du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social des Nations unies. 

Share Button

Pensées

« Vis comme si tu devais mourir demain… Apprends comme si tu devais vivre toujours. » Gandhi

« Si la vie vous jette par terre, levez les yeux : il y a des étoiles au-dessus de vous » Guy Finley

« Si vous avez confiance en vous-mêmes, vous inspirerez confiance aux autres. » Goethe

« L’expérience ne se trompe jamais, seuls nos jugements errent, qui se promettent des résultats étrangers à notre expérimentation personnelle » Leonardo Da Vinci

« La vie c’est comme la bicyclette: il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre » Albert Einstein

« Nous attirons exactement ce dont nous avons besoin à chaque instant. » Edgar Cayce

« On peut aussi bâtir quelque chose de beau avec les pierres du chemin » Goethe

« Nos épreuves contribuent toujours à notre développement lorsque nous les regardons comme des opportunités de corriger les erreurs du passé ou d’acquérir sagesse et entendement. » Edgar Cayce

« En nous établissant dans l’instant présent, nous pouvons voir toutes les beautés et les merveilles qui nous entourent. Nous pouvons être heureux simplement en étant conscients de ce qui est sous nos yeux » Tich Nhat Hanh

« La non-violence est une arme puissante et juste qui tranche sans blesser et ennoblit homme qui la manie. C’est une épée qui guérit » Martin Luther King

« C’est dans son coeur qu’il faut construire la paix » Dalaï-Lama

« Tu peux te plier à toutes sortes de pratiques spirituelles, si dans ton coeur tu n’es pas capable d’amour pour tous, tu ne progresses en rien » Chandra Swami Udasin

« Le but de la vie est le développement personnel. Parvenir a une parfaite réalisation de sa nature, c’est pour cela que nous sommes tous ici. » Oscar Wilde

Share Button

Imagine

Imagine there’s no heaven,
Imagine qu’il n’y a aucun Paradis,
It’s easy if you try,
C’est facile si tu essaies,
No hell below us,
Aucun enfer en-dessous de nous,
Above us only sky,
Au dessus de nous, seulement le ciel,
Imagine all the people,
Imagine tous les gens,
Living for today…
Vivant pour aujourd’hui…

Imagine there’s no countries,
Imagine qu’il n’y a aucun pays,
It isn’t hard to do,
Ce n’est pas dur à faire,
Nothing to kill or die for,
Aucune cause pour laquelle tuer ou mourir,
No religion too,
Aucune religion non plus,
Imagine all the people,
Imagine tous les gens,
Living life in peace…
Vivant leurs vies en paix…

You may say I’m a dreamer,
Tu peux dire que je suis un rêveur,
But I’m not the only one,
Mais je ne suis pas le seul,
I hope some day you’ll join us,
J’espère qu’un jour tu nous rejoindra,
And the world will live as one.
Et que le monde vivra uni

Imagine no possessions,
Imagine aucune possession,
I wonder if you can,
Je me demande si tu peux,
No need for greed or hunger,
Aucun besoin d’avidité ou de faim,
A brotherhood of man,
Une fraternité humaine,
Imagine all the people,
Imagine tous les gens,
Sharing all the world…
Partageant tout le monde…

You may say I’m a dreamer,
Tu peux dire que je suis un rêveur,
But I’m not the only one,
Mais je ne suis pas le seul,
I hope some day you’ll join us,
J’espère qu’un jour tu nous rejoindra,
And the world will live as one.
Et que le monde vivra uni

Imagine (Imaginez)
John Lennon

Share Button