buddha_kopf_gold_02_07

Voices of Light

Sortie: 11 mars 2013

Avec Lama Guyrmé, Michel de Grèce & Sébastien Lucas


 Critique musicale de l’album par Bertrand Dicale, journaliste et écrivain. Il écrit depuis une quinzaine d’années pour les musiques populaires dans Le Figaro. Il est également l’auteur de plusieurs livres.

"Cher Sébastien,
 Je trouve à votre musique une belle densité en même temps qu'une belle capacité à se déployer. Autrement dit, vous n'êtes tombé dans aucun des deux principaux chausse-trappe de ce genre de chantier: éparpiller les apports des diverses matières et cultures, ou tout mêler dans un grand brouet d'alliances a minima. L'orchestre et la voix de Lama Gyurmé, les percussions asiatiques et les chœurs occidentaux, cela fonctionne avec une grande puissance cinématographique et cela fabrique de riches images mentales. On a envie de voir tout cela prendre un grand envol scénique, mais aussi (votre générique est tentant, évidemment) se trouver des mots et des images. Je trouve que vous apportez quelque chose qui dépasse le jeu de la rencontre et le syncrétisme musical: vous éveillez une sorte de souffle narratif et épique qui réclame le prolongement d'un autre art. J'ai hâte de savoir la suite de cette aventure. Bien à vous."

Extraits du Livre Voices of light de Michel de Grèce & Marina Karella :

Dieu est lumière et amour, énergie et mouvement. Immense est la difficulté de le concevoir entre les vieux barbus des tableaux qui nous représentent le Père et une force à l’origine de tout, démesurée, informe, éblouissante, telle une explosion atomique. Nul ne peut se vanter d’avoir atteint un degré suffisant de connaissance pour se le représenter. Il est déjà difficile d’imaginer une force à l’origine de l’univers qui soit lumière, énergie, mouvement mais qu’elle soit aussi amour… Un amour si éloigné des sentiments répertoriés est presque impossible à cerner. Il échappe à notre intelligence.

Les chrétiens appellent cet exercice la prière. Elle n’est en fait qu’un déplacement, un envoi d’énergie positive sur ordre de notre volonté.

Si, cependant, l’effort se révèle trop ardu, une prière classique au Dieu des chrétiens, à la Vierge, à Allah, à Bouddha ou à n’importe quelle divinité suffira, pourvu qu’elle soit sincère, généreuse, sentie, authentique et ardente. Toutes les religions, tous les cultes, toutes les méthodes sont bonnes si elles conduisent à une amélioration de soi et à la sollicitude envers autrui.

Je ne sais absolument pas si ma prière est suffisamment efficace pour apporter aux autres, à moi-même, le bonheur, la santé et la réussite… Je veux le croire et parfois j’imagine que mes vœux sont exaucés. Cependant, une autre dynamique y est peut-être parvenue à ma place et surtout si je triomphe, ce serait le plus sûr moyen de perdre mon pouvoir pour autant que je le possède. L’important n’est pas de savoir si «la prière» porte ses fruits mais de prier.

Nous avons donc en nous cette énergie venue de la création. Elle est brute, il faut la domestiquer. Elle est mouvement, il faut l’orienter. Elle est positive et négative. Il faut choisir positif ou négatif. Si je mise sur le premier, ma vie consiste à éliminer l’énergie négative et à développer l’énergie positive. D’abord pour moi-même, la condition préalable à toute action étant d’être soi-même en harmonie. Ensuite, pour les autres, parce que le pouvoir positif naît de l’altruisme, de la compassion.

Tout ce qui existe vient de Dieu. De Lui un jour est sortie l’énergie positive. Apparut automatiquement sans qu’IL puisse l’empêcher l’énergie négative. Cette énergie, positive et négative, sans cesse en mouvement, d’abord informe, se décomposa au cours des temps en de multiples formes jusqu’à aboutir à l’infinie variété de la création. Nous prenons conscience de cette énergie qui est en nous, qui est nous, et nous découvrons des possibilités, des capacités bien plus développées que nous ne l’imaginions. Nous ne nous en étions pas rendus compte parce que ce pouvoir, cette énergie, sont invisibles.

Nous ne sommes pas Dieu, nous sommes des parcelles de Dieu. Le fil de lumière qui nous relie à LUI est suffisant pour nous faire accéder à des niveaux inimaginables et pour nous octroyer la connaissance, le pouvoir.

À ces protecteurs est étroitement lié ce que je définis par le « Moi Supérieur », c’est-à-dire une partie de nous-mêmes qui se situe à un niveau supérieur. Un fil de lumière nous rattache en effet à des mondes de plus en plus élevés qui finissent par rejoindre ce qu’il faut bien appeler Dieu.

Les chrétiens et d’autres religions appellent ces voix « les anges gardiens ». Je peux les nommer « les protecteurs ». Des voix intérieures sont prêtes à nous parler. Elles s’expriment dans la langue la plus familière à chacun comme elles pourraient utiliser tous les idiomes puisqu’il s’agit d’une transmission de pensée. Enfouis au fond de chacun de nous, dorment des pouvoirs dont nous ne soupçonnons pas l’existence.

Tâcher de les découvrir, tel est le but de Voices of Light.

Reflections, par Marina Karella

Share Button

Une réflexion sur “ Voices of Light ”

Laisser un commentaire